# Tags
#À l'international #Actualité #politique

LE PREMIER MINISTRE CHOGUEL KOKALLA MAÏGA A PROPOS DE L’ALLIANCE DES ÉTATS DU SAHEL : «LE PROCESSUS ENCLENCHE EST IRREVERSIBLE»

À l’invitation de son homologue nigérien, Ali Mahamane Laminé Zeine, les Premiers ministres malien et burkinabè, respectivement Choguel Kokalla Maïga et Apollinaire Joachim Kyélem de Tambela ont effectué une visite de 48 heures à Niamey (Niger). Cette visite entre dans le cadre du renforcement du partenariat «assumé» entre les pays de l’Alliance des États du Sahel (AES) regroupant le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Le chef du gouvernement malien conduisait une forte délégation composée de plusieurs ministres, des délégués de la Présidence, du Conseil national de Transition (CNT) et de la Primature.

Les trois pays multiplient actions et initiatives de regroupement en vue de mutualiser les stratégies et moyens de lutte contre le terrorisme. Il s’agit également pour eux d’affirmer leur souveraineté dans les relations bilatérales et multilatérales en ayant la possibilité de choisir eux-mêmes les partenaires avec qui ils souhaitent coopérer. C’est dans ce contexte qu’il faut placer cette visite.

Les deux personnalités malienne et burkinabè ont participé avec leur homologue nigérien, Ali Mahamane Laminé Zeine, (au sit-in de la souveraineté organisé, vendredi, à l’ex rond-point Escadrille (Ndlr), désormais baptisé «Place de la résistance de Niamey». L’objectif de cette mobilisation était de «saluer et soutenir les vaillants patriotes» qui se sont battus pour exiger le départ des troupes françaises basées à l’escadrille. «De la Place de la résistance à l’hôtel Radisson Blu de Niamey, c’est un accueil chaleureux qui a été réservé aux chefs de gouvernement des États membres de l’AES par la population nigérienne ainsi que les communautés malienne et burkinabé vivant au Niger. Tous ont manifesté leur satisfaction et soutien au CNSP et aux gouvernements de transition dans les trois pays», selon l’Agence nigérienne de presse.

Les chefs des trois gouvernements auront ensuite une séance de travail. Ces travaux ont été sanctionnés par une conférence de presse. Ouvrant les débats, le Premier ministre du Niger a salué le rôle du Mali et du Niger pour empêcher «la démolition du Niger» qui était envisagée par la Cedeao. Ali Mahamane Laminé Zeine a noté que la peur a changé de camp au Sahel grâce à la puissance de feu de nos Forces armées et de défense.

Prenant la parole, le Premier ministre malien, a salué la grande mobilisation du peuple nigérien qui rappelle celle du M5-RFP. Choguel Kokalla Maïga est revenu sur le contexte qui a favorisé l’avènement de ces pouvoirs de Transition, notamment au Mali. «Les militaires qui tombaient par centaines étaient enterrés dans des fosses communes. Pendant ce temps, la corruption avait atteint tous les segments de l’État dans l’impunité la plus totale. Sans oublier la mauvaise gouvernance qui a fini par provoquer une crise politique et institutionnelle sans précédent», a-t-il insisté. Les soulèvements que ces dérives ont occasionné ont été parachevés le 18 août 2020 par les militaires, a insisté Choguel Kokalla Maïga.

…. lire la suite sur @Maliweb.Com

LE PREMIER MINISTRE CHOGUEL KOKALLA MAÏGA A PROPOS DE L’ALLIANCE DES ÉTATS DU SAHEL : «LE PROCESSUS ENCLENCHE EST IRREVERSIBLE»

MALI : SEANCE DE TRAVAIL SUR LE PLAN

Laisser un commentauire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *