Un ancien ministre camerounais fait déterrer 5 milliards de francs cachés dans son village

Partagez ce contenu
La mise en circulation de nouveaux billets par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) a conduit de façon fortuite à révéler un gros scandale au Cameroun. Selon les informations rapportées par le site d’informations CamerounWeb, l’ex ministre Edgar Alain Mebe Ngoo actuellement détenu en prison aurait envoyé son fils dans leur village pour déterrer des malles contenant des anciens billets en vue de les échanger contre les nouveaux mis en circulation.
Le Cameroun est malheureusement bien connu pour les scandales financiers impliquant d’anciens collaborateurs du Chef d’Etat Paul Biya. Cette fois-ci, c’est l’ex ministre des transports de 2015 à 2017 et ministre délégué à la présidence de la défense de 2009 à 2015, M. Edgar Alain Mebe Ngoo qui depuis la prison a mis en branle son réseau afin d’échanger de billets cachés quand il était « aux affaires ». Piqué à vif par la mise en circulation de nouveaux billets au sein de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) le 15 Décembre passé, le ministre n’a pas attendu la date du 1er Mars 2023 indiquée par la BEAC pour commencer les échanges d’anciens billets contre de nouveaux.
Depuis la prison, l’ex ministre de Paul Biya aurait mandaté son fils, Ngoo Mebe Jean, lui-même actuel sous-préfet de Dibombari, une commune de la région du littoral au Cameroun, d’aller déterrer des cantines d’argent d’un montant de 5 milliards soigneusement mises sous terre dans leur village à Nkolefong. L’ancien délégué général à la sécurité nationale du Cameroun et son fils comptaient sur un « contact » à la BEAC pour échanger en clandestinité les billets. Malheureusement pour eux, ce « contact » a vendu la mèche.
Il faut préciser que cet homme politique avait été arrêté en mars 2019 pour détournement de fonds publics. Certainement que des sommes colossales détournées vont partir en fumée dans cette opération de mise en circulation de nouveaux billets au sein de la CEMAC, particulièrement au Cameroun.
Aucun commentaire

Laissez un commentaire