Le D.G. des Douanes, lors de l’ouverture de la formation professionnelle, relative aux  Procédures Contentieuses Post-Dédouanement

« Il s’agit, pour les cadres et agents des douanes, de se remettre à niveau dans les domaines essentiels de notre cœur de métier»
L’ouverture de la formation professionnelle relative aux Procédures Contentieuses Post-Dédouanement, a eu lieu, le 18 juillet, à l’Hôtel de l’Amitié. Elle était présidée par le Directeur Général des Douanes, Amadou Konaté, en présence de plusieurs cadres de l’administration des Douanes.
S’exprimant sur la formation sur les procédures contentieuses post-dédouanement, le Chef de Centre de formation et de perfectionnement de la Direction Générale des Douanes, Issa Traoré, a dit que nous sommes dans un monde de globalisation,  où les ressources sont importantes. Elles s’analysent en  ressources humaines, matérielles et financières.
Que l’on soit en entreprise ou dans le secteur publique, a-t-il dit, le mode de gestion privilégié  demeure le mode projet, comme en témoignent plus d’une vingtaine de projets, dont dispose l’administration. Le chef de centre a précisé que les projets ont des contraintes, afin d’atteindre leurs objectifs. Contraintes en ressources humaines, matérielles et  financières. Il a soutenu que les  ressources humaines restent de loin les plus importantes. C’est pourquoi, a-t-il affirmé, il faut les mettre au cœur des activités. Il a fait remarquer qu’on le constate bien dans le secteur privé, où la formation des jeunes est privilégiée, dans le but d’avoir des ressources humaines de qualité. Il a signalé que depuis la 1ere République, les autorités ont recruté les douaniers parmi les meilleurs qui sortent de nos écoles. Ils ont donc fait de l’administration douanière une administration d’élite.
Le chef de centre a ajouté : « Il nous appartient de  perpétuer cette situation. » Selon lui,  ça passe nécessairement par la formation.
Le thème, a-t-il dit, porte sur les procédures contentieuses, très importantes dans le contexte que nous vivons, avec la démocratisation du droit douanier et l’émergence des conseils douaniers.
Enfin, il a exhorté l’ensemble des participants à rester assidus à cette formation, afin qu’ils  puissent apporter le plus grand bénéfice à leurs administrations.
Le formateur,  Jamel Ould Abde Nasser, a parlé de facilitation d’échanges sur un thème  important, les procédures contentieuses post-dédouanement. Ce ne sera donc pas un cours académique, mais des partages d’expériences, pour bien comprendre les contraintes et les enjeux. Toutefois, il s’agit d’une approche nouvelle du secteur, pour se remettre sur les rails, sans pour autant renoncer  aux devoirs régaliens.
Le Directeur Général des Douanes, Amadou Konaté, a commencé par souhaiter la bienvenue  au formateur,  Jamel Ould Abde Nasser, Directeur de la réglementation, Chef du bureau national de la valeur, à la direction générale des douanes mauritaniennes. Il a, aussi, demandé de transmettre ses salutations au Directeur Général des Douanes mauritaniennes. Il a indiqué : « nous sommes à nouveau réunis pour une activité d’une haute importance pour notre administration : la formation. Sans elle, toutes nos entreprises, en matière de réformes, sont vaines. Il s’agit, dès lors, pour les cadres et agents des douanes de se remettre à niveau dans les domaines essentiels de notre cœur de métier.»
Il a souligné que les procédures contentieuses post-dédouanement, sont une matière dont la connaissance est nécessaire à la bonne conduite des réformes, notamment, celles, liées à la maitrise  de la valeur en Douane et l’internalisation du Centre d’Expertise Technique, dont le but est l’amélioration et la sécurisation des recettes douanières.
Il a attiré l’attention sur la formation, qui, à terme, facilitera le traitement de volumes importants de dossiers contentieux qui découleront seulement des contrôles, après dédouanement, pour sécuriser les recettes douanières.
Le Directeur Général des Douanes a rappelé que cette formation complète d’autres, qui sont appuyées par le projet PAFAM, à savoir, la Valeur en douane (en Août 2021), la Comptabilité et l’Audit d’entreprise (en Novembre 2021) et la Classification Tarifaire (en Mai 2022).
Il a remercié la conseillère technique, qui conduit le projet avec expertise. Il a invité les participants à poursuivre leur intérêt aux formations, afin d’être à la hauteur des enjeux d’un monde en perpétuelle mutation.
S’adressant toujours aux participants, le D.G. des douanes a déclaré : « Vous êtes des vérificateurs chargés des procédures contentieuses, d’agents de la Direction du contrôle Après Dédouanement et les futurs agents qui seront affectés au Centre d’Expertise technique. Armez-vous donc de courage, soyez assidus et demeurez curieux, afin de tirer le maximum de profits des modules qui vous seront dispensés, pendant cette formation. »
La transition était toute faite pour remercier le ministre de l’Economie et des finances, Alousseni Sanou, dont les lourdes tâches ont empêché de présider cette cérémonie.
Les remerciements sont, aussi allés, à l’endroit du formateur mauritanien, un expert accrédité auprès de l’Organisation Mondiale des Douanes.
Baba Dembélé
Aucun commentaire

Laissez un commentaire