Affaire équipements militaires: qui bloque le procès ?

Partagez ce contenu

Le montant de l’achat des équipements militaires est de 1 230 milliards de F CFA. Les fonds débloqués par l’État sur le budget national ont pris une autre destination. Dès lors, les nouvelles autorités de Bamako ont ouvert des poursuites judiciaires contre des personnalités impliquées. Mais hélas ! Il y a blocage. Deux (02) anciens ministres de la Défense et des Anciens combattants seraient parmi les nombreux conseillers spéciaux du président de la transition.

Le décès de l’ancien Premier ministre et ancien ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga, devait diligenter le procès. Rien ne bouge. Des présumés coupables bénéficient des promotions. Quant à l’ancienne ministre de l’Économie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko et de l’ancien ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Mahamadou Camara, ils croupissent en prison.

Après lecture du livre intitulé: «Présumé coupable. Ma part de vérité» du général Yamoussa Camara, on voit plus clair. L’armée était malade, faute d’équipements. Il qualifie le régime d’Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) d’organisation criminelle et de prédateur économique. «Jamais dans l’histoire du Mali, la corruption, la boulimie et l’esprit de lucre n’ont atteint un tel degré d’insouciance dans la gestion des ressources de l’État. Chacun fait ce qu’il veut, au gré de ses intérêts ! Il n’y a ni contrôle ni suivi. Le régime a favorisé l’affairisme et l’émergence d’une véritable oligarchie militaire. On ne parle plus de bonne gouvernance, c’est la corruption à ciel ouvert». Mon général ! Qu’on ouvre le dossier pour savoir qui a fait quoi ?

Toujours concernant le blocage du procès sur l’équipement militaire: lisez ces lignes du livre du général Yamoussa Camara intitulé: «Présumé coupable. Ma part de vérité»
«Pour avoir été S/CEM OPS, des années durant, il m’a été rapporté que d’importantes sommes d’argent seraient (retro) versées chaque mois aux chefs à différents niveaux. Des tentatives initiées pour corriger ces dysfonctionnements n’ont jamais abouti, en raison des artifices créés. La solution ne sera pas trouvée à l’interne. Des profiteurs exhiberont à chaque fois, le prétexte spécieux de «Secret militaire», pour bloquer des audits externes.

Mais le prétendu secret militaire n’est plus à ce niveau. Cela ne constitue nullement un handicap. Bien au contraire, ils permettent une meilleure gestion et une programmation efficiente des plans de projection et de modernisation. Une autre source de déperdition est la distribution à tout vent de l’argent du contribuable à chaque occasion de sortie des élèves officiers de l’École militaire interarmes (EMIA)».

Armée malienne: nulle part de bibliothèques

Il faut que soit exigée et encouragée la rédaction des recours d’expérience (Retex), au terme des missions. Une étude américaine aurait démontré que la valeur moyenne des élèves serait égale au niveau moyen des cadres. Il faut aiguiser la curiosité des cadres en encourageant et en entretenant le goût de la lecture et de l’auto-formation par la promotion du mérite.
L’instruction est essentielle pour forger l’outil de défense. Elle est indispensable pour nourrir le débat stratégique au sein des armées. C’est au sein de l’armée malienne qu’on recrute un nombre élevé de faux diplômes (achetés dans les établissements supérieurs privés).

SourceInter De Bamako

Aucun commentaire

Laissez un commentaire