Mali : le climat sécuritaire est « délétère », selon Alioune Tine

Alioune Tine exprime sa préoccupation sur « la détérioration rapide » du climat sécuritaire au Mali. Ces violences continuent de faire de victimes civiles et militaires au Nord, au centre et aux alentours de Bamako. C’est du moins ce que révèle l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali. Il a effectué une visite au Mali du 1er au 12 août sur l’invitation du gouvernement. A l’issue de cette mission, Alioune Tine note, dans son rapport, la recrudescence des attaques terroristes dans le pays ces derniers temps. Cette déclaration intervient après le départ définitif de Barkhane au Mali.

Pour Alioune Tine, le climat sécuritaire se « délétère » au Mali avec des attaques terroristes récurrentes au Nord et au centre. L’expert indépendant explique que ces attaques impactent la protection des droits humains et la situation humanitaire au Mali. A l’en croire, « trois des quatre cercles de Ménaka sont sous contrôle des groupes extrémistes violents. Plusieurs dizaines de milliers de personnes déplacées ont trouvé refuge dans la ville de Ménaka ». Il affirme que « la ville de Ménaka comptait à la date du 5 Août 2022 plus de 50 000 déplacés ».

Alioune Tine relève également « l’inefficacité des moyens déployés par les forces de sécurité nationale et forces internationales pour protéger les populations civiles à Ménaka ».

Dans ce rapport, l’expert indépendant parle des exactions commises dans la région de Bandiagara. Il déplore l’imposition de la charia, le payement de la zakat ainsi que la restriction de programme classique dans les écoles aux populations. Alioune Tine cite également les Famas et leurs partenaires russes dans les violations des droits de l’Homme.

Par ailleurs, Alioune Tine salue la mise en place d’une commission de rédaction de la nouvelle constitution et l’adoption d’un calendrier électoral de transition. L’expert indépendant des droits de l’Homme félicite le gouvernement pour l’intégration de 26 000 ex-combattants au sein de l’armée et des services de l’État.

Le Magazine du Mali

Aucun commentaire

Laissez un commentaire