ANR UNE SOLUTION POUR LE MALI KURA

Les cérémonies d’ouverture et de clôture ont été présidées par Son Excellence le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat. Elles ont été réhaussées par la participation des Présidents des institutions de la république, des membres du Gouvernement, des membres du Conseil National de la Transition, des Autorités coutumières et religieuses, des maliens de la diaspora, des Représentants du corps diplomatique.

Plusieurs recommandations ont été faites par les participants notamment: la réduction du nombre de partis politiques en appliquant des conditions restrictives de création et de financement ; relecture de la Charte des partis politiques, avec une réaffirmation du statut de Chef de file de l’Opposition ; fin du nomadisme politique en cours de mandat ; réduction du nombre d’institutions de la république dans la constitution ; révision des compétences de la cour constitutionnelle en matière électorale ; la mise en place d’un Senat et d’une Cour des comptes ; l’ouverture au citoyen de la saisine de la cour Constitutionnelle ;recomposer le Conseil National de la Transition conformément à la Charte de la Transition ;officialiser l’utilisation des langues nationales dans les foras officiels,la relecture de la loi électorale, la mise en place d’un organe unique indépendant de gestion des élections (AIGE) ; la confection d’un fichier électoral inclusif et fiable et la carte biométrique pour toutes les élections ;l’instauration du mode de scrutin proportionnel pour l’élection des députés ; la participation des Maliens établis à l’extérieur aux élections législatives;l’organisation des élections municipales avant les législatives et les présidentielles ;la mise en place d’un Conseil national des Autorités religieuses, traditionnelles et coutumières ;la réalisation de l’audit de la transition; des questions spécifiques liées à la gouvernance;la lutte contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes; dans ce cadre, il est fortement recommandé de rendre imprescriptibles les infractions en matière de corruption et de délinquances financières.
Retenons que les participants se sont prononcés pour la prorogation de la transition afin de pouvoir réaliser les réformes institutionnelles structurantes et, par conséquent, permettre des élections crédibles, équitables et transparentes. Les délais avancés varient de 6 mois à 5 ans; Aussi Rendre notre diplomatie plus active et plus professionnelle ; Etendre la carte diplomatique en fonction des intérêts de notre pays ; Redéfinir les visées diplomatiques et la coopération en fonction des besoins nouveaux du Mali ;Faire émerger une diplomatie de la crise plus efficace avec comme points focaux la défense, la sécurité, l’économie, l’industrie et surtout la protection des maliens de l’extérieur ; Faire participer les maliens établis à l’extérieur aux élections législatives et poursuivre leur représentation dans les institutions de la république ;Organiser les Etats généraux de la migration ; Créer un cadre de concertation des Associations des maliens établis à l’extérieur ; Créer un observatoire de la diplomatie ; Promouvoir et reprendre le projet TOKTEN ; Renforcer le centre d’études stratégique ; Intégrer les besoins liés aux secteurs de la sécurité et de la défense dans les priorités de notre diplomatie ; Multiplier les partenariats et accords de coopération dans les domaines de la sécurité et la défense ; Poursuivre les efforts dans les domaines de la diplomatie économique ; Appliquer la réciprocité entre le Mali et les autres pays ; Initier la semaine des maliens établis à l’extérieur permettant de relever les talents novateurs scientifiques, culturels, sportifs et artistiques ; Ouvrir des missions diplomatiques et consulaires dans tous les pays où résident au moins (1000) mille ressortissants maliens ; Faciliter les démarches administratives et la création d’entreprise pour les maliens établis à l’extérieurs ; Multiplier et diversifier les partenariats à tous les niveaux sur la base du principe gagnant-gagnant ; Choisir des conseillers consulaires parmi la diaspora ; Créer une carte d’identité biométrique, consulaire et électorale ; Créer la banque d’investissement de la diaspora ; Promouvoir et valoriser les entreprises maliennes dans l’espace sous régional et plusieurs autres recommandations.
Nematou Sangaré

Aucun commentaire

Laissez un commentaire